MOOD

J’arrête la pilule : Pourquoi ?

Si on m’avait dit un jour, que j’aborderai ce thème en toute décontraction sur le blog, je n’y aurais pas cru, pas même une seconde. Mais je suis ravie de voir que les mentalités évoluent et que l’on peut désormais aborder certains sujets, beaucoup plus facilement et librement qu’il y a quelques années. Comme l’indique le titre, aujourd’hui on va parler contraception, et plus particulièrement de la pilule, des hormones et du stérilet. Ce que je vais vous raconter dans cet article est le récit de mon expérience personnelle, et mon point de vue. Évidemment, nous sommes toutes différentes et nous avons également des avis qui nous sont propres, alors vous aussi, prenez part au débat, et racontez-moi votre expérience en commentaire.

MON HISTOIRE
J’ai commencé à prendre la pilule à l’âge de 18 ans, principalement pour cause de cycles complètement irréguliers. La pilule, c’est plutôt pratique dans ce genre de situation. Dés le premier mois, j’étais réglée comme une horloge, mais on y reviendra plus tard. Tout se passait très bien, jusqu’à ce qu’on me découvre une hyper tension. Hyper tension, qui s’avérait finalement être déclenchée par ma pilule ; Minidril à l’époque. Mon médecin traitant a donc décidé de troquer Minidril contre Microval. Quelques années plus tard, un nouveau désagrément à pointé le bout de son nez : Un dérèglement hormonal. Mon médecin traitant change de nouveau ma pilule, mais pour une microdosée cette fois, Cérazette. Sous les deux premières pilules, j’avais des règles classiques, puisque je prenais un comprimé chaque jour pendant 21 jours puis je stoppais la prise pendant 7 jours, ce qui déclenchait automatiquement des règles. Mais avec Cérazette, plus rien, plus aucune règles. Vous me direz, c’était sympa, j’étais plutôt tranquille pendant tout ce temps.  Mais il y a quelques semaines maintenant, j’ai décidé d’arrêter la pilule.

LA PILULE, EN QUELQUES MOTS
Le fonctionnement de la pilule est encore trop méconnu des femmes ; et pourtant c’est le moyen de contraception de 41% des françaises. Il existe deux types de pilules. La pilule dite combinée (minidosée), qui contient de l’œstrogène et de la progestérone et la pilule dite progestative (microdosée) qui ne contient que le progestatif. La minidosée agit en 3 temps. En premier lieu, les hormones diffusées dans le corps bloquent l’ovulation (les ovaires ne produisent donc plus d’ovules), ensuite elles modifient l’endomètre pour empêcher la que l’œuf ne s’accroche à la paroi utérine et pour finir elles modifient les sécrétions produites par le col de l’utérus pour empêcher les spermatozoïdes de franchir le col de l’utérus. Quant à la microdosée, le principe est exactement le même sauf sur le point de l’ovulation, le blocage n’est pas systématique. Dans le cas de la minidosée, les régles sont totalement régulières et controlées car déclenchées par l’arrêt de la pilule. Mais pour la micro dosée, certaines femmes, comme moi, n’ont plus du tout de règles. On entend de plus en plus parler des effets indésirables de la pilule contraceptive : Accident cardio-vasculaire, perte de libido, migraine, dépression, troubles cutanés (acné), etc. Outre ces effets indésirables, ce qui m’a fait prendre cette décision, c’est le fait que prendre des hormones de substitution, ce n’est pas sain, tout simplement. Imaginez-vous, pendant des années, à ne rien ressentir à l’intérieur de votre corps ; jamais de tiraillement, aucun signe qui vous montre que votre corps, et plus précisément, que votre appareil génital ne fonctionne correctement. À l’aube de mes 27 ans, j’ai envie, et besoin de savoir qui je suis, d’écouter mon corps, les signes qu’il me transmet. J’ai donc décidé de reprendre le contrôle de mon corps en arrêtant la pilule. Je suis passée à une contraception complètement différente et sans hormones, le stérilet en cuivre. Pour le moment je n’ai pas de désagréments liés à l’arrêt de la pilule, mais ceux-ci peuvent apparaitre après plusieurs mois d’arrêt. Donc en attendant on croise fort les doigts.

LE STERILET AU CUIVRE
Le stérilet est un DIU (dispositif intra-utérin). Il se présente sous forme de T. C’est le cuivre qui le recouvre, rappelons que, le cuivre est spermicide, qui permet d’éviter toutes grossesses non souhaitées. Il est disponible en deux tailles : short et classique. Le stérilet est posé au fond de l’utérus par un gynécologue ou une sage-femme et reste en place pour 5 ans (environ). Il fait-lui aussi, parler de lui. Il rendrait stérile, il serait interdit pour les nullipares, ect. Mais tout cela est évidemment faux, et on le comprend d’ailleurs très vite en se renseignant sur internet.  Ce qui, en revanche, n’est pas faux, c’est qu’il y a encore beaucoup de professionnel de santé qui refusent de poser des stérilets aux nullipares, en d’autres mots, aux femmes qui n’ont pas encore eux d’enfants. J’ai d’ailleurs cru, que moi aussi, je devrais me battre avec ma gynécologue pour pouvoir l’utiliser, mais pas du tout. À ma grande surprise elle a accepté sans rechigner. Je vous passe l’étape de la pose en détails (à moins que ça ne vous intéresse ; dans ce cas dites-le-moi, et j’y répondrais en commentaire). Mais, oui, ça fait mal, vraiment mal, mais finalement la douleur, pour mon cas, n’a duré qu’une soirée. Je l’ai géré en posant un coussin chauffant (aux noyaux de cerise) sur mon ventre pendant plusieurs heures, et le lendemain, j’étais un peu barbouiller, mais ça s’est arrêté là. Dès le lendemain il a su se faire oublier. J’ai eu quelques saignements durant une bonne semaine, mais rien de très dérangeant. Donc concrètement, souffrir quelques heures pour 5 ans de protection, ça va, enfin  je trouve. 3 semaines après la pose, j’ai eu mes règles. Ma gynécologue m’avait prévenue qu’elles risquaient d’être abondantes et douloureuses, mais à ma grande surprise, ça n’a pas été le cas. Comme pour l’arrêt de la pilule, il est trop tôt pour tirer des conclusions, mais je reviendrai d’ici quelques mois avec un article bilan . En attendant, si vous avez des questions, n’hésitez pas.

QUEL TYPE DE CONTRACEPTION UTILISEZ-VOUS ?

A LIRE AUSSI

16 Commentaires

  • Répondre
    Firefly s Secrets
    30 novembre 2017 at 11 h 09 min

    Ça fait une éternité que j’avais pas connecté mon compte blogspot mais pour le coup c’est un sujet qui me touche particulièrement ! Comme toi, sous pilule pendant des années (10 exactement), et j’ai aussi fini sous cerazette. Le résultat de cette pilule à eu 2 mois il y a deux jours mdr ! Du coup je passe au stérilet au cuivre aussi une fois que mon retour de couche aura pointé le bout de son nez !
    Merci pour ton article, on parle pas assez contraception sur la blogosphère ! 🙂

    • Répondre
      Megane Stonem
      30 novembre 2017 at 19 h 48 min

      Je suis ravie que ce soit ici que tu te connectes alors. Ah, ce petit bout est donc un bébé cerazette ! J’ai entendu pas mal de femme autour de moi me dire qu’elles étaient tombées enceinte en prenant cette pilule. N’hésites pas si tu as des questions pour la pose du stérilet, etc

      Merci pour ton témoignage
      Bonne journée Roxanne 🙂

  • Répondre
    Séb
    30 novembre 2017 at 12 h 24 min

    N’étant pas concerné par la pilule. J’ai appris Bcp de choses aujourd’hui grâce à toi.

    • Répondre
      Megane Stonem
      30 novembre 2017 at 19 h 51 min

      Merci beaucoup Seb. Sais-tu qu’il existe également une pilule pour homme ? 🙂

  • Répondre
    Sévoumian Marion
    30 novembre 2017 at 12 h 58 min

    Pour ma part j’ai pris la pilule à 15ans, je l’ai arrêté en mars dernier (à 23ans) et depuis aucune menstruation. Cette vacherie m’a totalement déréglé, mon corps à énormément de mal à retrouver son cycle naturel. Et il était hors de question d’avoir un stérilet, alors lorsque mes règles reviendrons, se sera Symptothermie . Une méthode totalement naturelle et fiable.

    • Répondre
      Megane Stonem
      30 novembre 2017 at 19 h 53 min

      Depuis Mars rien du tout ? As-tu consulté ton gynécologue ?
      J’ai été assez étonné de voir que les miennes revenaient si vite, ahah.
      Pourquoi es-tu réfractaire au stérilet ?
      Je ne connaissais pas du tout la symptothermie. Merci pour la découverte.
      Mais du coup, c’est vraiment fiable ?

      Merci pour ton témoignage Marion 🙂

  • Répondre
    Shupa kartel
    30 novembre 2017 at 19 h 59 min

    Coucou j’ai été attirée de suite par ton article car j’ai moi même fais un article sur la contraception mais sur l’implant contraceptif. Je l’ai aujourd’hui retiré au profit d’un stérilet, la pause a été également très douloureuse pour moi j’étais à la limite du malaise. Je n’avais jamais eu de règles douloureuses auparavant mais maintenant c’est le cas avec le stérilet. Mais je ne regrette pas je me dis que c’est beaucoup mieux au naturel que d’avoir constamment des hormones qui se balladent dans mon corps. Mes règles sont par contre très régulières donc je suis satisfaite. Par contre j’ai trop peur de l’enlever ce stérilet. Super ton article.

    • Répondre
      Megane Stonem
      30 novembre 2017 at 22 h 13 min

      Merci pour ton témoignage Shupa.
      Dis moi, tu as eu de suite des règles douloureuses après la pose du stérilet ? Ou c’est au fil de temps qu’elles se sont intensifies ?
      Tu as peur de l’enlever pour la douleur du coup ?

      Bonne soirée 🙂

  • Répondre
    bienamicalementvotre
    30 novembre 2017 at 23 h 01 min

    j’ai pris la pilule pour les mêmes raisons que les tiennes mais à présent mon moyen de contraception ne dépend pas plus de moi : la vasectomie de mon mari , Apres des jumeaux nous avons pris cette sage décision…

    • Répondre
      Megane Stonem
      3 décembre 2017 at 12 h 50 min

      C’est rare que ce soit l’homme aux commandes de la contraception. Mais c’est une bonne chose !

  • Répondre
    Cindy - Les Voyages de Cindy
    30 novembre 2017 at 23 h 20 min

    Salut ! J’ai été attirée par ton article car je me suis sentie concernée.
    Comme toi, j’ai été longtemps sous pilule Triafémi. A la base, c’était pour traiter mon acné. Après le scandale des pilules de 4ème génération, je suis passée sous une autre pilule dont j’ai oublié le nom. J’avais énormément de désagréments à cause de cette pilule mais le plus incroyable c’est que j’ai mis du temps à me rendre compte que c’était la pilule qui était la cause de tous mes maux.
    Du coup, j’ai commencé à me renseigner sur ce truc que j’avalais depuis tant de temps sans me poser de question. C’est dingue tout de même ! Savais-tu que nos pilules avaient un effet sur les poissons ? C’est fou ! A cause du filtrage des eaux usées qui laissent passer les rejets de contraceptifs ingérés par l’Homme ! Bref !
    Comme toi encore, j’ai opté pour le stérilet cuivre. J’ai dû insister auprès de mon gynéco quand même. Il n’était pas chaud au début. J’ai eu très mal aussi au moment de la pose et même quelques semaines après, au point de faire une échographie de peur qu’il m’ait transpercé quelque chose. Au final, non tout allait très bien. Aujourd’hui, j’ai des règles abondantes mais plus courtes et très douloureuses mais j’ai trouvé ma petite routine pour calmer les douleurs.
    En tout cas, malgré tout ça je suis heureuse de mon stérilet et j’en parle sans problème autour de moi 🙂

    • Répondre
      Megane Stonem
      3 décembre 2017 at 12 h 56 min

      C’est bien le problème avec les pilules ; les maux s’accumulent mais on ne comprends pas de suite que ça viens d’elle.
      Oui je l’ai appris justement en faisant des recherche pour mon article.. C’est dingue.
      Je touche du bois, pour le moment je n’ai quasiment pas de douleur et mes règles sont très très cool (2 jours et quasiment pas de flux)
      Merci pour ton témoignage Cindy 🙂

  • Répondre
    lenversdescorps
    30 novembre 2017 at 23 h 33 min

    Merci pour ce témoignage ! Ça fait vraiment peur de lire autant darticles à ce propos… la pilule fut une libération incroyable pour les femmes, mais maintenant qu’on a un peu de recul sur la question on se rend compte comme toi que ce n’est pas toujours adapté… tu as eu du courage d’arrêter ! Je sais que beaucoup de femmes préfèrent la facilité mais je suis d’accord avec toi : c’est important de se re-découvrir, de connaître son rythme et son corps et d’éviter de le bourrer d’hormones quand on le peut… merci pour l’article en tous les cas

    • Répondre
      Megane Stonem
      3 décembre 2017 at 12 h 57 min

      C’est vrai que maintenant qu’on a du recule, la vision sur la pilule a été totalement modifier. Après je ne crache pas dessus, elle m’a bien aidé pendant toutes ces années. Mais mon choix de vie à fait que je ne pouvais plus avaler ces comprimés chaque jours sans me poser de question.. 🙂

  • Répondre
    Elsa
    2 décembre 2017 at 15 h 05 min

    Comme je te l’ai déjà dit, j’ai pris la pilule non stop de 15 à 26 ans, puis après une petite pause de plusieurs mois, les retentissements sur ma peau étaient trop importants pour que je continue sans. Je n’ai pas envie de me retrouver avec des marques à vie non plus… Du coup pour le moment je suis à nouveau sous pilule pour une durée indéterminée. On verra quand je me sentirai prête à retenter l’expérience.
    Sinon, je n’ai pas rencontré de soucis particuliers concernant la régularité du cycle comme certaines le mentionnent, c’est rapidement rentré dans l’ordre. Par contre, étant célibataire à ce moment là, je n’ai pas eu à me soucier d’un autre moyen de contraception.

    • Répondre
      Megane Stonem
      3 décembre 2017 at 13 h 00 min

      C’est le plus difficile lorsqu’on arrête la pilule : le retour de l’acné. Certaines personnes y échappe, d’autres non.. Je croise les doigts et je me dit que de toute façon je devrais y passer un jour ; alors autant que ce soit maintenant.
      Il faut vraiment que tu te sentes prête, sinon tu craqueras aux premiers signes (et je sais que ce n’est pas facile).
      Merci pour ton témoignage Elsa 🙂

    Laisser un commentaire